Le Gluten

Après avoir longuement parlé et vu en détail les 3 grandes familles de macronutriments qui composent notre alimentation, il convient aujourd’hui de s’intéresser à la famille des céréales qui comprend de très nombreux aliments que l’on retrouve très souvent dans notre alimentation et parlerons en priorité de celles qui contiennent, ce qu’on appelle “le gluten”. Ce dernier ayant fait son apparition depuis quelques temps dans le débat autour du choix des céréales à privilégier dans sa consommation.

Tout d’abord, les céréales sont une famille issue de la famille des graminées, notamment connue pour le blé, le seigle, l’orge, l’épeautre, le riz, le millet, le mais etc (le sarrasin et le quinoa sont consommés comme tels mais ne sont pas des céréales).

La consommation des céréales existent avec certitude depuis des millénaires or si l’on reprend la base de notre évolution qui a commencé il y a des millions d’années, cette consommation s’avère être très récente. Dans les conseils alimentaires traditionnelles que l’on entend, les céréales et surtout les céréales complètes serait un super aliment remplies de glucides et riches en vitamines et minéraux. Or qu’en est-il lorsqu’on les étudies plus en détail ?Les céréales sont riches en antinutriments. Ces antinutriments agissent comme arme de défense des plantes contre les prédateurs en bloquant l’absorption de certains nutriments. On peut citer plusieurs antinutriments dans les céréales comme l’acide phytique mais le plus connu est celui dont on entend beaucoup parler aujourd’hui: le gluten. Le gluten est une protéine du blé. Elle est constituée d’un mélange de prolamines et de glutenines. Sa présence dans la farine de blé notamment confère sa résistance et son élasticité à la pâte à pain. Les prolamines sont présentes dans de nombreuses céréales comme le blé ou l’épeautre et sont aujourd’hui connus comme hautement toxique pour les personnes intolérantes au gluten. Plus concrètement, le gluten est une molécule inflammatoire contenu majoritairement dans le blé et dans bon nombre de céréales permettant de faire lever le pain. Il est aujourd’hui présent de manière importante dans le blé moderne, un blé, génétiquement modifié pour améliorer les rendements et répondre à d’éventuelles pénuries. Ce blé, devenu hybride a vu son nombre de chromosome passé de 14 à 42 chromosomes et sa concentration en gluten passée de 30% à 60% de gluten. Cette transformation à entraîner une dégradation de la qualité du gluten impactant massivement son assimilation par le corps humain. Cela s’est traduit naturellement par une augmentation significative des personnes touchées des problématiques liées au gluten. Ici il est important de faire une distinction entre les personnes intolérantes au gluten (les “malades coeliaques”) et les personnes sensibles au gluten. L’intolérance au gluten qui concerne environ 3 français sur 100 (détectable par une prise de sang ou un examen intestinal) peut se caractériser par une fatigue chronique, des ballonnements, maux de tête etc. Ici, le gluten va forcer le système immunitaire à détruire l’intestin. A long terme et sans traitement de cette intolérance, cela peut provoquer, par une perméabilité accrue de l’intestin des réactions immunitaires pouvant déclencher l’émergence de différentes maladies comme le diabète de type 1 ou la thyroïde.La “sensibilité au gluten” elle, touche beaucoup plus de monde. Ce phénomène s’explique par la toxicité du gluten provoquée par l’apparition du “blé moderne”, un blé génétiquement modifié apparu pour répondre à des rendements toujours plus grands et pour résister à toute épidémie ou risque de famine. De fait, le gluten n’étant pas directement digéré dans l’estomac mais se retrouvant dans l’intestin tel qu’il est ingéré, provoque une inflammation sur la surface de la muqueuse intestinale. Cette muqueuse devenant perméable et laissant passer toutes les toxines inflammatoires dans l’organisme.

Alors faut-il bannir les aliments riche en gluten, notamment le pain et les pâtes de notre alimentation ?

Selon moi, il est important de réduire sa consommation d’aliments riche en gluten même si vous n’y êtes pas intolérant et pas ou peu sensible. Si vous êtes souvent sujet à des maux de ventre ou encore des ballonnements, prenez l’initiative, pendant un temps de tester une alimentation sans gluten et observer les effets sur votre bien-être. Pour les sportifs d’endurance, sujets à des problèmes gastriques lors de sorties longues ou de compétition, cela pourrait en être la cause, il ne vous coûtera en rien d’essayer cette stratégie. Bien sur, si vous y êtes intolérant, il faudra essayer de favoriser et se diriger vers les céréales et les farines sans gluten comme le riz, le sarrasin, le quinoa, l’amarante, le millet ou tout autre types certifiés sans gluten (ex: l’avoine). Oubliez les pâtes ou gâteaux dits “sans gluten” où les fabricants, remplacent généralement le gluten par un tas d’additifs, qui auront eux aussi des effets néfastes sur votre santé. Le régime Seignalet est un exemple de régime alimentaire sans gluten. Et vous ? Consommez-vous des céréales ? Avez-vous déjà eu des problèmes causés par le gluten ? Si oui, lesquels ? Pensez-vous qu’il faut réduire voir bannir le gluten de son alimentation ? N’hésitez pas à aimer, partager, commenter, questionner si le contenu vous a plus et pour qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès pour encourager le débat, les échanges et la réflexion!

                                                                      Alexandre Violle



“A vous de forger votre propre vision…”

—————————————————-

Pour aller plus loin: