Le conditionnement de notre alimentation

Dans cet article, l’idée est de montrer à quel point, comme peut le jouer aussi l’éducation par l’école, notre alimentation semble conditionnée par bon nombre d’acteurs dont l’intérêt premier demeure dans le fait de nous inciter à consommer encore et encore. A travers cet article, il sera donc question d’essayer de prendre conscience et de sortir de ce conditionnement en l’acceptant, en essayant de le comprendre, d’avoir du recul sur celui-ci et donc de pouvoir ensuite agir et choisir son alimentation en connaissance de cause.

Tout d’abord, on considère souvent (à défaut) l’alimentation à partir d’une vision binaire entre la santé et le plaisir. Si ce n’est pas bon pour ma santé c’est que je prend du plaisir à manger ; si c’est bon pour ma santé je ne prends pas de plaisir.

Il faut d’ores et déjà lutter contre cette idée et montrer que la santé et le plaisir peuvent être vu comme 2 choses s’alliant parfaitement. Les produits industriels ne jouant eux que sur un tableau: certes pouvant être bon au goût (grâce aux quantités astronomiques de sucre, de graisses saturées et de sel à l’intérieur et j’en passe…) mais d’un point de vu santé peuvent être considérés comme dangereux.

Revenons en à ce fameux “conditionnement”. Celui-ci est dictée par les médias, le marketing et les publicités émanant des grands groupes industriels (ex: le lobby laitier qui financent ces propres recherches scientifiques générant de fait d’énormes conflits d’intérêts). Il semblerait donc important d’entreprendre une lutte contre le marketing (souvent mensonger) et la consommation de publicité (même si elle est malheureusement partout) et en faire des objectifs majeurs pour éviter, à travers leurs messages subliminaux de conditionner notre cerveau à se diriger vers des produits néfastes pour notre santé. Bien manger, manger sainement, varié et local ne doit pas constituer une contrainte mais doit devenir un véritable mode de vie et de consommation. Cela ne coûte pas forcément plus cher, surtout quand on connaît le prix des fruits et des légumes dont leur saisonnalité permet d’avoir une alimentation extrêmement variée. Certes, si vous prenez la décision de consommer uniquement du BIO en conservant la même alimentation qu’auparavant (gâteaux, confiseries, pâtes à tartiner etc), cela vous coûtera nécessairement plus cher. C’est pour cela qu’il faut opérer un véritable changement sans pour autant tout chambouler. Commencez progressivement par supprimer petit à petit les produits industriels de vos placards. Cela vous permettra d’apprendre et de découvrir de nouveaux aliments, de nouvelles saveurs qui vous persuaderont de l’immense diversité existante que peut offrir une alimentation saine, variée et réfléchie. Il suffit simplement d’y consacrer un peu de temps, de s’y intéresser, de tester, goûter, associer, mélanger, rajouter, enlever… Pour faire un petit parallèle avec le sport, lorsque l’on cherche à progresser et à être performant, on met toutes nos chances de notre côté et cela passe nécessairement par une attention particulière faîte à notre alimentation au quotidien. Cela induit de changer ses habitudes et d’en intégrer de nouvelles mais en aucun cas ne constitue ou ne doit constituer une contrainte, tout doit rester un plaisir. Une nouvelle forme de plaisir est donc trouvée dans la consommation de nouveaux aliments, de mélanges, de nouveaux plats. On transfère le plaisir de quelque chose d’industriel et de mauvais pour la santé vers quelque chose de sain, que l’on aura pris le temps de cuisiner et d’assaisonner selon ses goûts et ses envies. Pourquoi ne pas changer notre façon de penser, pourquoi ne pas valoriser un maximum les bons produits? les produits locaux ? Les produits réalisés proprement et simplement par des personnes amoureuses de la terre et qui cherche seulement à vivre de leur passion de travailler avec leur main, au contact et au service de la nature.

Ne pourrait-on pas repenser notre mode d’alimentation ? Ne pourrait-on pas renverser ce conditionnement permanent subit par les campagnes de marketing des grosses marques et grandes enseignes en les boycottant et en les dénonçant ?

Les impacts pour notre alimentation ne pourront être que bénéfique et, dans le meilleur des cas (peut-être trop optimiste?) générera une prise de conscience des industriels qui engageront une modification de leurs mode de production vers le prisme d’une alimentation saine, variée et bonne pour la santé et non, uniquement, une recherche de gains financiers. Comment peut-on faire de l’argent sur la santé des individus ? En ont-ils réellement conscience ? Jouons avec eux sur leur terrain, le terrain de l’économie et prenons nous au jeu, pendant un temps, de ne consommer que des produits issus de l’agriculture locale et biologique, certes peut-être plus cher (pour le moment) mais qui permettra de montrer une réelle envie de changement. Cela n’est pas une question de moyen mais une question de choix. On peut très bien manger quelque soit son revenu, il suffit de faire les bon choix et de ne pas céder à cette “fausse facilité” et à ce faux confort que nous vendent les industriels. Il faut comprendre cela maintenant avant de le payer encore pendant de très nombreuses années, au détriment de notre santé mais aussi de la santé de la terre, de la nature, des espèces vivantes…D’un autre côté, valoriser les nouvelles initiatives, les soutenir, les encourager… Devenir maître de notre alimentation ! et surtout: allier plaisir et santé avec des aliments sains et variés.Et vous ? Faîtes-vous attention à l’origine et à la composition des aliments que vous consommez ? De quels aliments votre alimentation est-elle principalement composée ? Qu’êtes-vous prêts à faire pour l’améliorer ? Qu’avez-vous déjà mis en place ? N’hésitez pas à aimer, partager, commenter, questionner si le contenu vous a plus et pour qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès pour encourager le débat, les échanges et la réflexion!

                                                           Alexandre Violle


“A vous de forger votre propre vision…”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *