Le Collectif

Après avoir vu la semaine dernière que l’individu est maître de son destin et de ses décisions à travers l’article sur l’individualisme (cf: article du 9 Novembre), il convient aujourd’hui de s’intéresser à l’aspect collectif et plus précisément au groupe, à son importance et ses impacts dans l’évolution tant de l’individu avec un regard plus spécifique sur le sport.

Pour Charles-Martin Krumm dans son livre “psychologie, pédagogie et santé du sportif”, le groupe “permet de mettre en évidence diverses caractéristiques liées entrée elles: la poursuite en commun des mêmes buts ; la constitution de normes ou de croyances spécifiques ; les sentiments de solidarité ; la forte interdépendance des membres ; des relations affectives”.

Mais de quel groupe on parle ? Du groupe constitué par affinité ou du groupe d’entraînement que l’on peut rejoindre et qui au fur et à mesure met en place toutes ces caractéristiques ?

Ici, concentrons nous sur la 2ème option. Au sein de ce groupe va généralement coexister différentes personnalités, différentes motivations personnelles, différentes attitudes ou encore différents indicateurs sociaux:âge,sexe, éducation…Par l’échange et l’interaction entre les membres de ce groupe, des normes vont se constituées (ex: horaire d’entraînement, lieu de entraînement, groupe de niveau etc). Ces normes si elles sont acceptées par tous vont encourager le processus de cohésion que l’on peut définir comme “une tendance du groupe à rester lié et à rester uni dans la poursuite de ses objectifs et/ou pour la satisfaction des besoins affectifs des membres”. Dès lors, lorsque cette cohésion est bonne cela influe directement sur l’environnement général du groupe: une motivation élevée ; une stabilité mentale ; une satisfaction sociale et indirectement contribue à de meilleures performances. Néanmoins et en écho à l’article sur l’individualisme, l’auteur précise qu’une trop forte cohésion pourrait avoir des aspects négatifs pour le fonctionnement du groupe par un “accroissement de la conformité des comportements au détriment de leur individualité”. Effectivement trop s’identifier au groupe, trop vouloir faire comme le groupe conduit à ne plus considérer sa pratique comme une pratique avant tout individuelle: je suis la car j’aime faire ça et car j’y prends du plaisir. Il ne faut jamais oublier de se recentrer sur soi et principalement en course à pied où l’importance d’écouter son corps et ses sensations est primordiale. Il convient donc de trouver un juste milieu entre identification au groupe et identification de ses attentes, de ses capacités et de ses sensations.

Quelques dangers liés à une pratique en groupe peuvent alors être mis en avant:

-Vouloir trop suivre le groupe…

-…Prendre en exemple, se comparer et faire comme les autres…

-…au risque de ne plus être centré sur soi et sa pratique.

Pour conclure, plusieurs questions que je vous pose et qu’il me semble fondamentale de se poser: Qu’est-ce que je recherche dans ma pratique en groupe ? le plaisir ? la progression ? l’épanouissement? la comparaison? Le groupe m’est-il indispensable pour pratiquer ?

N’hésitez pas à aimer, partager, commenter, questionner si le contenu vous a plus et pour qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès pour encourager le débat, les échanges et la réflexion!

                                                                  Alexandre Violle

“A vous de forger votre propre vision…”

Pour aller plus loin:

  • Charles-Martin Krumm: “psychologie, pédagogie et santé du sportif”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *