Devenir maître de son temps

Pour cet article l’objectif est de parler du temps, de son rôle et de son importance mais surtout de réfléchir à l’emprise qu’il peut avoir sur nous et/ou l’emprise que l’on peut avoir sur lui… Le temps passe, coule, découle et n’est que l’expression consciente que l’on souhaite en faire. Alors prenons du temps pour parler du temps.

A première vue, on pourrait dire que nous sommes esclave du temps, qu’ l’on est contraint par le temps, par la délimitation des secondes, des minutes, des heures, des jours nous obligeant à rentrer dans un cadre déterminé par différents cycles: le temps de travail, le temps pour manger, le temps pour dormir…

Auparavant, en ce qui me concerne, pour occuper mon temps “inactif”ou tout du moins passif, des solutions de facilité m’apparaissaient, toujours les mêmes: se rendre sur les réseaux sociaux, sur YouTube et regarder bon nombre de vidéos que l’on pourrait considérer comme “inutile”. Pour me “déculpabiliser” de ce “temps perdu” où réflexion et apprentissage n’était clairement pas recherché, j’avais la faculté à intérioriser le fait que chaque chose que je regardais ou écoutais me permettait d’apprendre quelque chose ou que cela me servirait un jour ou l’autre. Malgré tout, ces moments sont souvent sujet à réception d’un flux d’informations immense duquel on ne retire que très peu de choses.

Depuis quelques années maintenant et principalement par la découverte de plusieurs podcasts et notamment ceux d’Antoine BM et Rudy Coia (sur l’entrepreneuriat et le développement personnel), cette notion de temps a revêtit un tout autre sens. Ce type de contenu, généralement long, implique fortement la personne qui l’écoute à se concentrer sur le fond et à retirer toute chose superflue qui tient de la forme. Chose qui peut constituer un problème sur du contenu vidéo. Aussi, facilement écoutable dans n’importe quel endroit et à n’importe quel moment de la journée, celui-ci permet de se détacher du temps comme donnée quantitative et de rentrer en harmonie avec celui qui partage avec vous, son savoir, ses conseils et son expérience.

A travers cette nouvelle méthode d’apprentissage et de consultation de contenu, j’en ai tiré de nombreux enseignements que j’essaye d’appliquer et de renforcer chaque jour, en voici quelques uns:

  • Il est fondamental d’organiser son temps par l’élaboration de routines: alimenter régulièrement cette page prend du temps mais ce temps est choisi, planifié et organisé.
  • Organiser son temps est primordial pour ne pas en être dépendant: reprendre la main sur le temps et le guider selon nos souhaits
  • Arrêtez avec l’expression: le temps c’est de l’argent car certes le temps est précieux mais ne doit pas être une obsession
  • La véritable liberté s’obtient lorsqu’on arrive a organiser son temps, à ne plus perdre de temps pour des choses futiles et à choisir de pleine conscience ce qu’on fait de notre temps.
  • Repenser l’idée de l’emploi salarié traditionnel, du modèle des 35h qui incite à la procrastination: la personne la plus efficace étant celle qui arrive à faire en un minimum de temps une tâche qu’elle effectue
  • Investir son temps dans des choses et des actions qui ont du sens et qui nous apporte une réelle valeur ajoutée
  • Prioriser nos envies et ce qui va occuper notre temps
  • Ne pas penser à ce qu’on pourrait faire mais le faire: aligner l’horloge du temps avec la boussole qui guide vos envies

Pour s’encourager à mettre en place ces quelques conseils, des petites choses toute bêtes existent comme: établir un échéancier des tâches à effectuer à plus ou moins long terme ; tenir un carnet de notes avec les différentes choses à faire ; s’obliger à effectuer quelque chose tous les jours à un moment défini dans votre journée (ex: tous les matins en me levant, j’effectue 10min d’étirements)…

Avant de terminer, il me semble important de mettre en avant un paradoxe en m’appuyant sur un exemple lié à la pratique sportive. Effectivement,dans nos sociétés actuelles, un mal ronge l’individu: celui d’être sans cesse à la recherche d’un gain de temps et paradoxalement, certains d’entre eux priorisent pour cela la pratique de l’ultra-trail, une pratique justement, très chronophage. Malgré tout, il semblerait que pratiquer cette activité autoriserait à l’individu de ralentir le temps, de le savourer, de le haïr parfois mais surtout de l’apprivoiser. Cela lui permettrait de faire une pause face à une inlassable accélération de la vie sociale où le temps n’est qu’une vulgaire donnée perçu comme une contrainte. A travers cette pratique, on “apprends le temps de prendre son temps”.

Pour conclure, par la mise en place de ces conseils et l’intériorisation de cet état d’esprit que j’essaye de vous retranscrire dans l’article, j’ai personnellement réussis à mieux organiser mon temps, à mieux le contrôler, à mieux m’en servir comme d’un allié et non le voir uniquement comme une contrainte. Cela me permettant d’être plus efficace dans mes projets ainsi que dans ma pratique sportive, plus réfléchi, moins anxieux mais surtout d’être véritablement décideur et acteur de ma vie.

Et vous, comment organisez-vous votre temps ? En êtes-vous mettre ou esclave ?

N’hésitez pas à aimer, partager, commenter, questionner si le contenu vous a plus et pour qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès pour encourager le débat, les échanges et la réflexion!

                                                                 Alexandre Violle

“A vous de forger votre propre vision…”

Pour aller plus loin:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *