Mental et Performance – Partie 1

Dans le cadre d’une série de 3 articles sur les déterminants de la performance individuelle, l’objectif sera d’aborder le thème du rôle et de l’importance que peut jouer le mental dans une préparation, dans l’appréhension et dans la réalisation d’une compétition. A travers ces articles, nous verrons plusieurs théories faisant la part belle à cette variable mentale et nous essaierons de les remettre dans un contexte factuel à des fins de retranscription éventuelle dans une planification d’entraînement. Cela pourra passer notamment par un retour d’expérience de votre part et de ma part.

Dans un premier temps, il me semble cohérent pour introduire le sujet de définir la notion de “personnalité”. Effectivement cette notion va jouer un rôle très important dans notre processus de perception des choses et notre processus décisionnel. Cette personnalité peut donc se définir comme: “une organisation dynamique des aspects affectifs, cognitifs, physiologiques et morphologiques de l’individu”. A travers cette définition, on peut faire apparaître 3 points pour comprendre la subtilité de cette notion:

  1. l’unicité, chaque individu à une personnalité qui lui est propre ;
  2. la catégorisation, il est possible de décrire un individu à travers sa personnalité;
  3. la différenciation individuelle, la personnalité permet de différencier les individus.

Pour rentrer plus en détail dans la notion de personnalité et démontrer le rôle et l’importance que peut jouer l’aspect mental dans la performance sportive, il est intéressant de s’arrêter un instant sur 2 concepts: la théorie des traits et le sentiment d’efficacité personnelle.

En ce qui concerne la théorie des traits, cette dernière nous précise que chaque individu possèdent ses propres composantes qui façonnent sa personnalité. Ces composantes de “bases” sont relativement stables dans le temps et quelque soit la situation. Ces dernières étant fortement influencé et façonné par notre enfance, notre environnement actuel et l’interaction entre les expériences vécues lors de ces 2 périodes. Parmi ces composantes on peut retrouver la timidité, l’estime de soi, l’anxiété (le trait et non l’état), l’ambition…Certes, ces composantes sont généralement stables mais dans notre personnalité, il existe aussi des composantes dynamiques sur lesquelles notre pouvoir d’action sera bien plus important et efficace comme l’état d’anxiété, de stress, la confiance en soi, la motivation… Nos comportements face à une situation vécues vont donc être fortement influencé par ces composantes stables et dynamiques sur lesquelles il sera donc possible d’agir pour rester maître de ses réactions et de ses émotions. Cela peut passer par des techniques de préparation mentale. Ces dernières, nous aidant à nous canaliser nous permettra dans une situation spécifiques comme l’approche et la participation à une compétition à disposer d’outils pour y répondre au mieux.

De fait, la personnalité peut-elle avoir un réel impact sur la performance sportive? Pour y voir plus clair dans cette question, un concept intéressant peut être aborder et pris en exemple pour essayer d’y répondre: Le sentiment d’efficacité personnelle ou d’auto-efficacité.

Ce sentiment d’efficacité personnelle que l’on peut assimiler à la confiance en soi est vu comme une caractéristique individuelle primordiale menant généralement à la performance ou du moins à l’accomplissement de ses objectifs. On dit souvent qu’une personne avec une forte confiance en soi aura plus de facilités à arriver à ses fins et à s’affirmer physiquement et intellectuellement. Est-ce vraiment une réalité absolue? Pour Albert Bandura, psychologue, le sentiment d’efficacité personnelle est “un jugement sur l’aptitude de l’individu à s’organiser et exécuter des performances”. Ce dernier reposerait sur la notion “d’agentivité” qui précise que la personne est agent de son fonctionnement et de son environnement et qu’elle agit de manière active sur le contrôle et la régulation de ses actes. En clair, plus cette personne aura un sentiment d’efficacité personnelle important et plus son pouvoir d’action sera important. Aussi, il nous explique que l’efficacité personnelle va dépendre des croyances propres à chaque individu sur la perception ou non, chez lui, de l’existence de telles ou telles capacités lui permettant de répondre de manière efficace à une situation, ex: je perçois chez moi la présence de telles ou telles capacités me permettant d’effectuer une action efficace). Mais aussi, des croyances de contexte, ex: je perçois un environnement plus ou moins favorable à la réalisation de mon action.En bref, plus le sentiment d’efficacité personnelle sera fort chez moi et plus je serai performant? Obtiendrai-je plus facilement de meilleurs résultats et une progression plus rapide si tel est le cas?Pour conclure sur ce 1er article, il conviendrait donc important de travailler tout aussi bien sur son physique que sur le développement de la composante mental, trop souvent oublié dans notre préparation mais qui semble comme on l’a vu plus haut, un facteur indispensable à la performance, au même titre qu’un entraînement physique réfléchi et planifié. Des lors, quelles stratégies et quelles méthodes mettre en place pour favoriser et exprimer le plein potentiel de nos qualités mentales ?La tentative de réponse à cette question fera l’objet d’un second article vendredi prochain, bon week-end! On se retrouve mardi pour la rubrique Visions de l’alimentation

🙂 N’hésitez pas à aimer, partager et questionner si le contenu vous a plus, pour qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès, pour encourager le débat, les échanges et la réflexion!

                                                                     Alexandre Violle

“A vous de forger votre propre vision…”

Pour aller plus loin:

-Psychologie, pédagogie et santé du sportif (2016: charles martin krumm)-Cours Master 2 “Caractéristiques psychologiques du sportif blessé” (que je peux vous transmettre)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *