Les produits laitiers

Pour ce nouvel article, place à une famille d’aliments fortement consommés par une majorité de personnes mais aussi fortement décrié. Pour comprendre un peu mieux les caractéristiques de cette grande famille et s’interroger sur le rôle qu’elle joue dans notre alimentation, il convient de s’y intéresser de plus près.

Le lait contient en majorité une protéine appelé la caséine. Cette dernière est connu pour être digéré lentement. L’OMS à déterminé la quantité de calcium à consommer pour un équilibre parfait entre absorption et excrétion de calcium: 520mg. Malgré tout, ce chiffre concerne les personnes en bonne santé car dans certaines situations les besoins en calcium sont augmentés par notre mode alimentaire. Par exemple, si une alimentation est trop riche en protéines et en sel ou dans le cas concret d’un déficit de vitamine D. Cette dernière étant connu pour sa capacité à améliorer l’absorption du calcium. Dans ces cas précis, il faut bien comprendre que c’est que c’est la diminution de votre consommation de produits riche en sel et l’augmentation de la consommation de fruits et légumes qui améliorera votre santé. Non, un surdosage de produits riche en calcium. L’OMS précise même qu’avec un régime alimentaire de ce type,nos besoins en calcium se réduirait.Mais est-ce qu’une consommation trop importante de produits laitiers à de véritable risques pour la santé ?

  • Une étude de 1977 de chercheur anglais à montré un lien entre consommation de lait et risque d’infarctus du myocarde = plus on boit de lait plus on risque la crise cardiaque.
  • Une étude effectuée par des chercheurs chinois montre que les quantités en calcium telles que recommandées par les autorités sanitaires ne sont pas utilisables correctement par notre organisme: rigidifie et facilite les caillots sanguins et les accidents cardio vasculaire.

Le calcium en excès diminuerait l’absorption de minéraux comme le magnésium alors que ce dernier permet lorsqu’il est bien présent dans le sang de diminuer le risque de troubles cardio vasculaire. Double argument, les produits laitiers sont déjà eux-même très pauvres en magnésium (ex: lait de vache, apport calcium/magnésium: 12/1). Le lait de vache, lait le plus connu et le plus consommé est un cas très particulier. Effectivement il ressemble étrangement au lait maternel humain (à 3 acides aminés prêt).Le lait maternel nous permettant dès notre plus jeune âge d’avoir une croissance rapide et de renforcer notre système immunitaire. Ce laits contient une hormone vitale appelé l’insuline. Elle permet le transport et le stockage du sucre dans le sang. Or lorsque nous buvons du lait de vache l’insuline bovine peut se confondre avec l’insuline humaine déclenchant dans notre corps la production d’anticorps destinés à contrer l’apport d’insuline bovine. Malheureusement, comme elles se confondent, le corps va aussi attaquer l’insuline humaine, ce qui en cas d’avoir un intestin fragile perméable provoque une “réaction immunitaire croisée” conduisant à la destruction de l’insuline humaine produite par le pancréas pouvant dériver sur l’apparition du diabète.D’autres hormones et protéines sont présentes dans le lait de vache (IGF-1 ; estrogenes ; l’albumine de sérum bovin ; la xantine oxydase ; les casamorphines… et bien sûr le lactose). Ce dernier est l’hormone la plus connu et il convient de s’y attarder en détail. Le lactose c’est du sucre: 2 molécules de sucres, le glucose et le galactose. Lors de la petite enfance, pour que le nouveau né digère le lait maternel riche en lactose intervient une enzyme intestinale: le lactase. Or cette dernière va au fil du temps être de moins en moins active voir même disparaître (pour les intolérants au lactose) entraînant par la suite en cas d’une consommation trop forte de lactose par toute forme de produit laitiers contenant du lactose risque d’entraîner des ballonnements ou des troubles du transit. Le lactose ne pouvant plus être digérée correctement par l’intestin. A nuancer car par chance notre organisme s’est adapté au fil des siècles à la consommation de lactose donc est devenu tolérant au lactose. Mais cela n’empêche pas certaines personnes d’y être intolérante et de remarquer comme il l’est montré au dessus qu’une consommation trop forte en lactose n’est pas bonne pour l’organisme. Différentes alternatives existent au lait d’animal traditionnel (vache, brebis, chèvre…), des laits végétaux riches en protéines, vitamines et minéraux tels que le lait de soja, le lait d’amande, le lait de coco et bien d’autres… La consommation de produits laitiers (lait, fromage, yaourts…) étant une source pouvant provoquer des réactions inflammatoires dans le corps du fait de leur forte teneur en oméga 6, acidifiant pour le corps (cf: article sur les lipides du 17 juillet), il convient de prêter attention aux autres alternatives pour en diminuer sa consommation.Et vous, consommez vous beaucoup de produits laitiers? Lesquels en particulier ? Pensez-vous qu’ils sont bénéfiques à votre santé?… N’hésitez pas à aimer, partager et questionner si le contenu vous a plus, pour qu’un maximum de personnes puissent y avoir accès, pour encourager le débat, les échanges et la réflexion!

                                                                       Alexandre Violle

“A vous de forger votre propre vision”

———————————————-

Pour aller plus loin:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *